Une belle surprise pour Jeanette et Tom.

Juin 18, 2012 by

Histoire d’un sauvetage …

Suite à une absence de trois semaines, Jeanette et Tom ont eu la surprise de découvrir qu’une bande de 29836 squatteuses (je les ai comptées une par une) avait élu domicile derrière un volet du salon de leur résidence à Eaux-Puiseaux.

La colonie déjà bien implantée
La colonie déjà bien implantée avait construit huit beaux rayons contenant tous du couvain au centre et des réserves de pollen et de nectar en périphérie.

Jeanette et Tom, trouvant sympathique mais néanmoins encombrante cette joyeuse équipe d’Apis mellifera, me demandent s’il est possible de l’enlever en la préservant. Après une demi-seconde de réflexion (je réfléchi très vite ou pas assez selon les points de vue) je décide de tenter un sauvetage de l’essaim et rendez-vous est pris pour le lendemain.

Pour cette opération un peu délicate, je prépare :
– une protection d’apiculteur,
– des gants en caoutchouc,
Рun couteau pour d̩coller les rayons de la ma̤onnerie,
– un jerrican d’eau pour se laver souvent les mains afin d’éviter l’engluage des abeilles sur les gants,
– un pulvérisateur avec de l’eau,
– un enfumoir,
– un container pour recevoir les rayons de pollen et de nectar,
– une ruchette avec deux cadres grillagés pour recevoir le couvain, trois cadres cirés et un nourrisseur avec du miel.Ruchette, cadre grillagé, cadre ciré et un nourrisseur
– un « bee-vac », système fabriqué par mes soins (et je n’en suis pas peu fière) qui permet de capturer en douceur les abeilles récalcitrantes.Le bee-vac
Par chance les rayons sont fixés sur la maçonnerie et non contre les vitres ou les volets, ce qui me permet, en passant doucement ma main derrière le nid d’entrouvrir les volets de l’intérieur sans détruire les rayons. Les abeilles se doutent que quelque chose se trame et s’agitent. C’est le moment de les enfumer afin de les pousser à se gorger de miel (utile pour le voyage qui les attend) et de masquer ma présence.outch ! elles s'agittent.
Après ouverture complète des volets je pulvérise le nid avec de l’eau de façon à maintenir le plus possible les abeilles sur les rayons que je décroche un par un, je brosse les abeilles qui les recouvrent au-dessus de la ruchette et je les place dans le container. L’étape suivante consiste à découper les parties contenant du couvain pour les placer dans les cadres grillagés que je place au centre de la ruchette.
Les abeilles restantes s’agglutinent dans l’angle de la fenêtre. Je les capture avec le « bee-vac » pour les verser plus tard dans la ruchette.
Pour désorienter les abeilles et éviter qu’elles ne reviennent, je déplace la ruchette dans un pré se trouvant à 10 km d’Eaux-Puiseaux.Mise en place de la ruchette et ouverture de la trappe. Un nouvel environnement

Dans deux semaines, elles pourront retrouver Eaux-Puiseaux dans une ruche toute neuve que je vais préparer pour les accueillir.

Related Posts

Tags

Share This

468 ad